FASPS
myFASPS

An Interview With Our Middle School Histoire-Géographie Teacher

Posted by Kyle Lewis

01/10/2019

This interview with Alexandre Balet, FASPS Middle School history-geography teacher, was recorded on December 19, 2018. An English translation is coming.

Déborah : Alex, qu’est-ce que la SEED Week et quels sont les enfants qui participent à cette semaine particulière ?

Alexandre : La SEED Week c’est une Semaine Inter-Disciplinaire. Ça vient du français S.I.D., Semaine Interdisciplinaire, qu’on a anglicisé en Seed au moment de notre première édition. L’équipe appréciait l’image d’une graine que nous plantons durant une semaine et qui permettrait aux élèves de développer leurs visions des choses et leurs connaissances sur un sujet donné.

Pour définir simplement la Seed Week, c’est une semaine durant laquelle tous les élèves et enseignants de Middle School, de la 6ème à la 4ème, sont impliqués et travaillent ensemble pour donner naissance à un projet autour d’un thème commun. Depuis l’année dernière, nous commençons à intégrer les élèves de CM2. L’an passé, ils sont venus observer et cette année ils ont participé en parallèle des élèves de Middle School en prenant le contre-pied du sujet sur le futur. Nous espérons pouvoir développer les relations avec les CM2 lors des prochaines éditions.

Déborah : Est-ce que les niveaux étaient mélangés ?

Alexandre : Oui. C’est quelque chose auquel on tient beaucoup. Le temps est encore assez cloisonné et nous avons quelques programmes comme les Learning Labs, les Flex Times, et la SEED Week dans laquelle on essaye d’amener les élèves de différentes classes à travailler ensemble sur des sujets qui dépassent le cadre des disciplines. Les sixièmes travaillent ainsi avec les cinquièmes et les quatrièmes. Dans certains groupes de travail, il y avait les trois niveaux représentés. Dans certains groupes ce n’étaient que deux. Nous avons aussi insisté sur la mixité et l’équilibre fille-garçon pour leur permettre de travailler ensemble tout au long de la semaine.

Déborah : Ça fait combien d’années que FASPS organise des Seed Weeks ?

Alexandre : Cette année s’est tenue la troisième édition de nos Seed Week. Nous avons commencé sur la consommation il y a deux ans, l’égalité et l’équité l’an passé et cette année c’est le futur qui a intéressé les élèves.

Déborah : Tu travailles à FASPS depuis trois ans ?

Alexandre : Je travaille à FASPS depuis trois ans en effet mais l’idée de Seed Week avait déjà été émise par l’équipe de Middle School avant mon arrivée et je suis très heureux de pouvoir y participer activement. Par le passé, j’ai travaillé dans un établissement dans lequel nous organisions quatre semaines interdisciplinaires par an. Les sujets étaient variés : les super-héros, l’océan, les jardins, etc. Je suis content de pouvoir mettre mon expertise au service de l’école et je trouve que c’est vraiment une expérience unique pour les élèves comme pour l’équipe pédagogique.

Déborah : Quelle était ton rôle cette année ?

Alexandre : Je suis coordinateur de l’interdisciplinarité en Middle School, Donc je participe à l’organisation de plusieurs programmes : les Learning Labs, les Flex Times, et la SEED Week qui est moment fort dans notre année. Mon rôle, c’est de travailler avec tous les collègues pour créer la semaine de A à Z.

En juin dernier les élèves ont voté pour le sujet qu’ils voulaient traiter et après deux votes et des discussions, il a été décidé de travailler sur le futur. En septembre, l’équipe enseignante a commencé à réfléchir à la philosophie, au contenu et à l’organisation de la semaine. Nous avons créé un Steering Committee composé de membres volontaires de l’équipe. Cette organisation collégiale fut plus approfondie que les années précédentes et cela a vraiment donné de la force à notre programme. Ensuite, j’ai travaillé sur les aspects organisationels : les emplois du temps, les sorties, les projections de film, le travail avec nos partenaires. Tout le monde a mis la main à la pâte et ça c’était vraiment génial. Pour amener les élèves à développer des compétences de collaboration, la collaboration entre adulte est essentielle et je pense que nous sommes vraiment sur la bonne voie.

Déborah : Est-ce que tu peux nous parler un petit peu plus de l’article que tu as écris pour la Mission laïque française ?

Alexandre : Il y a là trois ans j’ai présenté notre première semaine interdisciplinaire au Congrès du REFER (Rendez-vous des écoles Francophones en réseau) à Québec City, et j’y ai rencontré Michel Bur qui est directeur adjoint de la Mission Laïque Française. Il m’a proposé d’écrire un article sur la SEED Week pour le publier sur le site de la MLF mais le temps est passé et l’article n’a jamais vu le jour. Cette année, suite à cette nouvelle Semaine, nous avons publié un article sur la semaine pour expliquer comment ça s’est passé et quelles étaient les différents temps, comment travaillaient des élèves, quelles étaient nos objectifs. Partager notre expérience à FASPS avec les autres établissement du réseau, donner à voir le travail de nos élèves à une toute autre échelle est vraiment une bonne chose.

Déborah : Est-ce que tu peux nous parler du travail exceptionnel des enfants pendant la semaine et du dynamisme de notre école avec le réseau des écoles françaises du monde entier ?

Alexandre : Une idée clé de cette semaine interdisciplinaire c’est que les élèves sont impliqués et actifs à tout moment. Avant le début de la Seed Week, les élèves ont participé à la création de leurs équipes, à la définition de leurs sujets, de leurs besoins. Dès le lundi matin, ils ont initié leur travail collaboratif, se sont concentrés sur la recherche documentaire, le travail en groupe, la créativité, la communication de leurs conclusions. Avec l’aide de leurs enseignants ils ont proposé des projets très variés : le futur l’éducation, le futur de la médecine, les transports dans le futur, les droits de l’homme, le futur des villes et tant d’autres. Plus de 20 sujets différents abordants le futur sous les angles économiques, politiques, sociaux, technologiques ont vu le jour entre les mains des élèves. En fin de semaine, ils ont partagé leur travail devant leurs camarades, des parents, des professeurs, ainsi que des experts issus du monde professionnel. Comme les sujets, les supports de présentation et les niveaux d’approfondissement étaient très variés. Nous avons alors pris un temps de réflexion avec les élèves pour qu’ils réfléchissent à ce qui a fonctionné durant la semaine, ce qu’ils voudraient changer et comment. Ce temps est essentiel pour qu’ils continuent de progresser sur leur collaboration, la communication, la manière de créer, de mener des recherches.

Déborah : Merci, Alex.

 

Back